En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Projets scolaires

ACTION LYCÉENS ET APPRENTIS A L’OPÉRA

Par BRIGITTE MICHELLIER ROUSSET, publié le vendredi 17 mai 2019 09:26 - Mis à jour le vendredi 17 mai 2019 15:31
cao-sem-plumas.jpg
2018-2019 PROJET SICORRA RÉGION AUVERGNE-RHÔNE-ALPES CAO SEM PLUMAS ou CHIEN SANS PLUME de Deborah Colker, La Maison de la Danse, Lyon Mercredi 30 janvier 2019

Cette journée est entièrement financée par les projets Régions Auvergne-Rhône Alpes, il s’agit d’une opération Lycéens et apprentis à l'opéra qui s’inscrit dans une volonté d’établissement d’ouvrir les élèves à la culture et à des activités vers lesquelles ils n’iraient pas forcement d’eux-mêmes. La programmation est vaste, de qualité, un choix de trois oeuvres est fait, un seul est retenu  C’est également une sensibilisation aux arts du spectacle vivant, aux arts visuels et aux arts appliqués,  opportunité de se cultiver autrement, de découvrir des œuvres classiques  et ou d’autres contemporaines. Cette journée est préparée en amont à la maison de la Danse par une journée de formation qui met les enseignants en pratique et donne les clefs pour comprendre le thème, le sens du spectacle et enfin pouvoir restituer.

Pour un groupe de 24 élèves, composé de différents niveaux 4 et 5 et sections.
3 accompagnateurs : B.Michellier-Rousset, Arts Appliqués I.Barthélémy, PSE, O.Santos, Lettres-Histoire

Temps  préparatoire à l’action Lycéens et apprentis à l’Opéra  le jeudi 17 janvier 2019 à 12h30, salle  Orphée-Eurydice Dans un premier temps / Présentation de la journée avec explications du projet Dans un second temps  / Danse, écologie et engagement,  avec la présentation de la pièce chorégraphique de Deborah Colker qui met en scène 13 danseurs androgyne au corps couvert de boue et qui nous invite à un regard empreint d’écologie, elle nous interroge sur la menace qui plane sur l’Amazonie, poumon vert au Brésil et enfin mise en mouvement et expression corporelle.

Le spectacle à la Maison de la Danse le 30 janvier 2019

Ce premier vœu retenu a permis de créer des liens entre les différentes actions montées. Ce spectacle est en correspondance avec  écologie, engagement : les ressources naturelles et L'éducation au développement durable, un enjeu de citoyenneté. Voir les projets suivants :  Les ressources naturelles/ le liège Portugal (Mobilité internationale) et la matière autrement. (Cité du design Passeur de culture).

EN ALLIANT POÉSIE, CINÉMA ET DANSE, LA BRÉSILIENNE DEBORAH COLKER ENTRAÎNE LE SPECTATEUR AU COEUR D’UN BRÉSIL OÙ LA NATURE EST MENACÉE AINSI QUE SES HABITANTS SUR LES TRACES DU POÈTE JOÃO CABRAL DE MELO NETO ET LOIN DES DÉPLIANTS TOURISTIQUES.

Invitée plusieurs fois à la Maison de la Danse, Deborah Colker y revient avec sa récente création Cão sem plumas qui rompt avec ses précédentes pièces, son mur d’escalade de Velox, ses prestations pour le Cirque du Soleil ou pour l’ouverture de la cérémonie des Jeux Olympiques de Rio. Cão sem Plumas, du poète João Cabral de Melo Neto, marque le début de la mythologie du fleuve Capibaribe mais évoque tous les fleuves du monde, entre réalisme pur et idéalisation lyrique. Les valeurs et les questions essentielles de la vie sont ici présentes, tout comme le désintérêt pour la nature, humaine comme géographique.

Référence au poète João Cabral de Melo Neto, brésilien marque le début de la mythologie du fleuve Capibaribe mais évoque tous les fleuves du monde, entre réalisme pur et idéalisation lyrique . Au fil de ce poème écrit en 1950 – et d’un fleuve asséché au cœur de l’état du Pernambuco, Référence au cinéma avec un film impressionnant de Cláudio Assis, Alliance de la poésie, cinéma et danse, la Brésilienne Deborah Colker entraîne le  spectateur au cœur d’un Brésil où la nature est menacée ainsi que ses habitants. Les valeurs et les questions essentielles de la vie sont ici présentes, tout comme le désintérêt pour la nature, humaine comme géographique. La chorégraphe propose une nouvelle écriture qui mêle poésie, cinéma et danse. Deborah Colker met en scène treize danseurs androgynes couverts de boue, des hommes crabes qui tentent de survivre dans un environnement violenté. Elle donne sa propre vision du Brésil en mêlant la danse classique, contemporaine et des danses populaires et rituelles, comme le coco ou le jongo en pleine maîtrise de son art.

Merci à la Région mais aussi à l’intendance et à l’administration de notre établissement qui nous permet de réaliser des actions dans les meilleures conditions possibles